Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

image001-copie-14.jpgPour son premier jour dans cette partie du doyenné, Mg Dufour a concélébré la messe à Peyrolles avec le Vicaire général, Michel Isoard, ainsi que les pères Bruno Vidal et Denis Clavel.

 

La matinée s’est poursuivie avec la rencontre des membres du Conseil économique et des Equipes d’Animation Pastorale.

Louis Davin, mémoire vivante de notre Unité pastorale, a présenté nos paroisses du point de vue géo-graphique, historique économique et humain. En 2011, il faut compter 18 600 habitants. Alors que Mg Panafieu crée en janvier 1990 le doyenné Aix-Ste Victoire, c’est le 25 octobre 1998 que naît l’Unité pastorale d’Aix-Val de Durance, jour d’installation du père Bernard Wauquier. A son départ, nous rejoint Denis Clavel en 2006, puis Bruno Vidal en 2008.

 

C’est ensuite Albert Salgé qui fait part de nos inquiétudes concernant un déficit budgétaire dû à une diminution de 33% des recettes malgré un effort constant pour diminuer les dépenses (- 20%). En effet, il y a de moins en moins de participants au denier du culte.

 

Mg Dufour interroge alors sur les différents services de l’Unité Pastorale :

  • Concernant la catéchèse, 80 enfants du primaire et 34 enfants en collèges et lycées viennent se nourrir de la rencontre de Jésus à partir des textes bibliques. Les enfants apportent autant aux catéchistes qu’elles ne leur donnent. Par ailleurs, les parents sont également touchés et de plus en plus restent avec leurs enfants pendant les séances de catéchèse. Ils participent aussi aux journées interparoissiales (5ème dimanche du mois).
  • Concernant les mariages, la préparation est assurée par Bruno Vidal une fois par mois. Cette année, un jeune couple s’est investi dans l’accompagnement et rend grâce pour la richesse que cela leur apporte.
  • Il y a eu 82 baptême en 2011. Les préparations ont lieu un samedi après-midi par mois avec Denis Clavel, secondé par Alice, sœur des Campagnes. Les célébrations se déroulent lors des messes de 11h00 le dimanche, permettant l’accueil des familles par les communautés paroissiales.
  • Au niveau de la diaconie, le Secours Catholique et le CCFD sont fermement établis sur notre Unité Pastorale. L’un intervient plutôt au niveau local (aide au logement, au budget familial, colis alimentaires, vestiaires, braderies…), l’autre au niveau mondial par un partenariat dans le soutien de projets. Il est signalé que des chrétiens (re)connus en tant que tels sont présents dans les CCAS et dans diverses associations non cultuelles.

Le repas de midi a été pris en commun dans un partage heureux et généreux où le dialogue s’est poursuivi entre les participants.

 


image003-copie-7.jpgL’après-midi a été consacré à la rencontre des élus à la mairie de Jouques. Les cinq maires du canton de Peyrolles étaient présents, Roger Pizot pour st Paul, Guy  Albert pour Jouques, Danielle Long pour Peyrolles, Mireille Jouve pour Meyrargues et Jean-David Ciot pour le Puy, ainsi que Jean-Pierre Dufour de St Estève Janson, village rattaché à l’Unité Pastorale.

L’Eglise est affectataire des lieux de prière bien que ceux-ci appartiennent aux communes qui doivent en assurer l’entretien.


Mg Dufour insiste sur la nécessité de connaître la réalité des communes et chaque élu a présenté son village, chacun étant évidemment le plus beau malgré de grandes disparités tant au niveau du nombre d’habitants (de 350 à st Estève jusqu’à 5 200 au Puy), qu’au niveau social (plus élevé à Jouques qu’à Peyrolles par exemple).


L’accent est mis sur la disparition progressive de l’activité agricole, sur les difficultés de conserver les commerces de proximité, celle de gérer les infrastructures et les logements sociaux en lien avec l’augmentation importante d’une population plutôt défavorisée… A ce jour, la crise économique a eu peu d’effets sur les budgets municipaux, notamment en raison d’une « perfusion » financière de la communauté du Pays d’Aix, mais la suppression de la taxe professionnelle en 2011 risque de se faire sentir dans les prochaines années. Le chômage a cependant fortement augmenté dans la population, amplifiant les demandes d’aide pour les cantines et auprès des CCAS.  Le souci du manque de repères, de partage, d’éducation au bien commun, essentiellement parmi les jeunes, désœuvrés, laissés pour compte, en recherche d’identité, est très prégnant dans les discours de chacun des élus. Il y a un collège sur Peyrolles et un autre est en construction au Puy, des écoles primaires dont les classes sont malheureusement surchargées et des crèches dans les cinq villages du canton de Peyrolles. Il est dommage que peu de maîtres d’école habitent dans les communes car cela limite la transmission de l’histoire des villages et la participation des enfants aux diverses commémorations.

 

image005-copie-3.jpgAprès l’office du milieu du jour, vécu à l’église de Meyrargues, nous avons été plusieurs à accompagner Mg Dufour et Michel Isoard pour une marche d’une heure et demie dans la forêt domaniale du grand site sainte Victoire. Après un arrêt à la chapelle de La Mère de Dieu,  les échanges se sont poursuivies au gré du parcours jusqu’à la table d’orientation installée depuis peu au sommet d’une colline. La vue sur la vallée de la Durance est un ravissement … et permet à notre évêque de prendre un peu conscience de l’étendue de notre Unité Pastorale (> 35 km de route à parcourir entre st Paul et st Estève). La boucle se termine par un chemin un peu plus large et en pente plus douce, ce qui est très apprécié de certains participants !

L’office des vêpres nous rassemble de nouveau dans l’église de Meyrargues.

 

image007-copie-1.jpgL’évêque et le vicaire général restent ensuite pour un petit temps de repos et un dîner avec les sœurs des Campagnes.

La soirée se poursuit alors au Puy ste Réparade avec la rencontre des chrétiens investis dans les services, les mouvements et les activités de l’Unité Pastorale. L’échange a porté sur  les expériences des uns et des autres, la joie reçue à travers les investissements et les rencontres, les remerciements pour les participations et les aides…

 

 

 

 

Voici quelques phrases relevées :

  • «Je reçois de nombreux appels téléphoniques, pas uniquement de la part de chrétiens, car les gens expriment une solitude et ont besoin de parler en confiance» ;
  • «J’ai du mal à parler de ma foi en dehors des milieux chrétiens car je redoute le prosélytisme. Il faut annoncer l’évangile en aimant et en servant les pauvres» ;
  • «Le chrétien n’a pas à emmener les gens à l’église mais à témoigner de l’amour du Christ à travers sa vie. C’est ainsi qu’il est interpelé par des croyants pratiquants ou non, mais aussi par des non-croyants qui se sentent en confiance » ;
  • «Je participe à une marche toutes les semaines. Il y a un grand respect de chacun et c’est très évangélisateur, et pour moi en premier lieu. Les gens n’ont pas peur d’être embrigadés et par là-même posent des questions nombreuses et variées» ;
  • «J’ai été appelé pour accompagner une catéchumène : j’ai eu peur d’accepter ne me sentant pas à la hauteur et, au final, très heureux de cette démarche» ;
  • «C’est dans l’accompagnement d’un couple vers le mariage que nous avons été appelés. C’est merveilleux de découvrir des lumières qui se rallument et aussi très rafraîchissant au niveau de notre propre foi» ;
  • «Accompagner des enfants, c’est beaucoup de joie. Ils sont très reconnaissants et, à travers eux, des adultes nous interpellent» ;
  • «Donner du temps, de l’affection, de l’attention permet d’alléger les difficultés des gens » ;
  • «Il faut oser parler de Jésus autour de nous car il y a des attentes, des personnes répondent, se convertissent» ;
  • «J’ai eu encore tout récemment la preuve de l’efficacité de la prière de demande pour une jeune fille en difficulté» ;
  • «La prière donne la force de traverser les épreuves. Au travers du service d’écoute, SOS prière, l’évangélisation est assurée par ceux qui appellent ! ;»
  • «Parler du « travail » de l’ange gardien à l’occasion d’accidents bénins peut être une porte d’entrée pour entamer un dialogue sur la foi»

Mg Dufour clôture alors cette soirée : Pour l’évangélisation, le plus important est d’abord de voir le travail de Dieu à travers le partage de témoignages simples de tous les jours, en montrant que le Christ remet debout ceux qui se confient à lui.

Enfin, tournés vers Marie, c’est à travers elle et par elle, que notre prière monte vers Dieu pour rendre grâce de cette longue journée pleine de richesse.