Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

logo-upavd

L’Eau ViVe  N° 477


Paroisses Catholiques de Saint Paul-Lez-Durance, Jouques,  Peyrolles-en-Provence,
Meyrargues, Le Puy-Sainte-Réparade, Saint-Canadet et  Saint-Estève-Janson


 

                     - Dimanche 4 mars 2012 -                   - 2ème  dimanche de Carême -

 


 

Extraits du MESSAGE DE SA SAINTETÉ BENOÎT XVI

POUR LE CARÊME 2012  (Suite)

 

«Faisons attention les uns aux autres pour nous stimuler dans la charité et les œuvres bonnes» (He 10, 24)

 

L’attention à l’autre comporte que l’on désire pour lui ou pour elle le bien, sous tous ses aspects : physique, moral et spirituel. La culture contemporaine semble avoir perdu le sens du bien et du mal, tandis qu’il est nécessaire de répéter avec force que le bien existe et triomphe, parce que Dieu est « le bon, le bienfaisant » (Ps 119, 68). Le bien est ce qui suscite, protège et promeut la vie, la fraternité et la communion. La responsabilité envers le prochain signifie alors vouloir et faire le bien de l’autre, désirant qu’il s’ouvre lui aussi à la logique du bien ; s’intéresser au frère veut dire ouvrir les yeux sur ses nécessités. L’Écriture Sainte met en garde contre le danger d’avoir le cœur endurci par une sorte d’« anesthésie spirituelle » qui rend aveugles aux souffrances des autres. L’évangéliste Luc rapporte deux paraboles de Jésus dans lesquelles sont indiqués deux exemples de cette situation qui peut se créer dans le cœur de l’homme. Dans celle du bon Samaritain, le prêtre et le lévite « passent outre », avec indifférence, devant l’homme dépouillé et roué de coups par les brigands (cf. Lc 10, 30-32), et dans la parabole du mauvais riche, cet homme repu de biens ne s’aperçoit pas de la condition du pauvre Lazare qui meurt de faim devant sa porte (cf. Lc 16, 19). Dans les deux cas, nous avons à faire au contraire du « prêter attention », du regarder avec amour et compassion. Qu’est-ce qui empêche ce regard humain et affectueux envers le frère ? Ce sont souvent la richesse matérielle et la satiété, mais c’est aussi le fait de faire passer avant tout nos intérêts et nos préoccupations personnels. Jamais, nous ne devons nous montrer incapables de « faire preuve de miséricorde » à l’égard de celui qui souffre ; jamais notre cœur ne doit être pris par nos propres intérêts et par nos problèmes au point d’être sourds au cri du pauvre. À l’inverse, c’est l’humilité de cœur et l’expérience personnelle de la souffrance qui peuvent se révéler source d’un éveil intérieur à la compassion et à l’empathie : « Le juste connaît la cause des faibles, le méchant n’a pas l’intelligence de la connaître » (Pr 29, 7). Nous comprenons ainsi la béatitude de « ceux qui sont affligés » (Mt 5, 4), c’est-à-dire de ceux qui sont en mesure de sortir d’eux-mêmes pour se laisser apitoyer par la souffrance des autres. Rencontrer l’autre et ouvrir son cœur à ce dont il a besoin sont une occasion de salut et de béatitude.

« Prêter attention » au frère comporte aussi la sollicitude pour son bien spirituel. Je désire rappeler ici un aspect de la vie chrétienne qui me semble être tombé en désuétude : la correction fraternelle en vue du salut éternel. En général, aujourd’hui, on est très sensible au thème des soins et de la charité à prodiguer pour le bien physique et matériel des autres, mais on ne parle pour ainsi dire pas de notre responsabilité spirituelle envers les frères. Il n’en est pas ainsi dans l’Église des premiers temps, ni dans les communautés vraiment mûres dans leur foi, où on se soucie non seulement de la santé corporelle du frère, mais aussi de celle de son âme en vue de son destin ultime. Dans l’Écriture Sainte, nous lisons : « Reprends le sage, il t'aimera. Donne au sage : il deviendra plus sage encore ; instruis le juste, il accroîtra son acquis » (Pr 9, 8s). Le Christ lui-même nous commande de reprendre le frère qui commet un péché (cf. Mt 18, 15). Le verbe utilisé pour définir la correction fraternelle – elenchein – est le même que celui qui indique la mission prophétique de la dénonciation propre aux chrétiens envers une génération qui s’adonne au mal (cf. Ep 5, 11). La tradition de l’Église a compté parmi les œuvres de miséricorde spirituelle celle d’« admonester les pécheurs ». Il est important de récupérer cette dimension de la charité chrétienne. Il ne faut pas se taire face au mal. Je pense ici à l’attitude de ces chrétiens qui, par respect humain ou par simple commodité, s’adaptent à la mentalité commune au lieu de mettre en garde leurs frères contre des manières de penser et d’agir qui sont contraires à la vérité, et ne suivent pas le chemin du bien. Toutefois le reproche chrétien n’est jamais fait dans un esprit de condamnation ou de récrimination. Il est toujours animée par l’amour et par la miséricorde et il naît de la véritable sollicitude pour le bien du frère. L’apôtre Paul affirme : « Dans le cas où quelqu’un serait pris en faute, vous les spirituels, rétablissez-le en esprit de douceur, te surveillant toi-même, car tu pourrais bien, toi aussi être tenté » (Ga 6, 1). Dans notre monde imprégné d’individualisme, il est nécessaire de redécouvrir l’importance de la correction fraternelle, pour marcher ensemble vers la sainteté. Même « le juste tombe sept fois » (Pr 24, 16) dit l’Écriture, et nous sommes tous faibles et imparfaits (cf.1 Jn 1, 8). Il est donc très utile d’aider et de se laisser aider à jeter un regard vrai sur soi-même pour améliorer sa propre vie et marcher avec plus de rectitude sur la voie du Seigneur. Nous avons toujours besoin d’un regard qui aime et corrige, qui connaît et reconnaît, qui discerne et pardonne (cf. Lc 22, 61), comme Dieu l’a fait et le fait avec chacun de nous.

_____________________________________________________________________________________________________________________

 

INFORMATION

 

C.C.F.D : Campagne de Carême 2012

 

1961 : les évêques de France créent le C.C.F.D -Terre Solidaire

Célébrer 51ans de lutte contre la faim et pour le développement, c’est célébrer l'Espérance!

Oui, au cœur des situations les plus dures, des hommes et des femmes se battent et inventent leur avenir.

Souvent dans la fragilité, toujours dans l'imagination et le courage, ils créent un monde un peu moins injuste et plus fraternel.

Reconnaître leur combat, leur capacité, c’est ça la foi en l'humanité.

C'est l 'Espérance que nous portons et que nous vous invitons à partager avec nous.                                                                                                                                                    Guy AURENCHE, Président du C.C.F.D-Terre Solidaire                                                                                                                                                                                   

Plus que jamais les partenaires du C.C.F.D ont besoin de votre générosité, de votre soutien.

Ils ont des idées, des savoir-faire mais ils sont la plupart du temps dans des situations de précarité, de misère, de danger que nous ne pouvons même pas imaginer.

Aidez-nous à les aider, à soutenir leurs projets, à vivre dans la dignité. Merci pour eux, merci pour votre générosité.

      Danielle FERAUDET, Responsable C.C.F.D, secteur Aix-Val de Durance                                                                     

 

 

Cette semaine dans nos paroisses

 

image005-copie-2

Messes

 

image005

Baptême

 

Vendredi 2 mars, à 17 h 30,

à Saint Paul lez Durance, pour Rosario MACIAS (d)

 

Samedi 3 mars, à 18 h, à Jouques,

             pour Jean-Claude LACHAUX (d), Ginette SCAMPS (d)

                         

Dimanche 4 mars : 2ème  Dimanche de Carême 9 h 30, à Peyrolles,

                      pour Marie-Louise PIANETTI (d)

          11 h, au Puy Ste Réparade,

                        pour Raymonde BRONDINO (d)

 

Mardi 6 mars, à 8 h 30, à Peyrolles

 

Mercredi 7 mars, 15 h, les Oliviers au Puy Ste R.

 

Jeudi 8 mars,  à 18 h 30, à Meyrargues

 

Vendredi 9 mars, à 17 h 30,

                 à Saint Paul lez Durance

 

Samedi 10 mars, à 18 h, Le Puy Ste  Réparade

                                         

Dimanche 11 mars :

3ème  Dimanche de Carême          
9 h 30, à Jouques

          11 h, à Meyrargues,

          pour Claude BIHOUE (d), Maria COZZY (d)                        

 

 

 

 

 

 

 

 

image007

Temps de Prière

 

Lundi 5 mars,

14 h 30, maison paroissiale du Puy Ste R.

17 h, à Peyrolles
19 h, à Jouques

 

Mercredi 7 mars,

18 h, à Jouques

 

Jeudi  8 mars,

17 h 30, à Meyrargues