Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Du 18 au 23 Juillet 2011, nous avons eu le bonheur de partir avec l’Hospitalité Sainte Marthe, qui prend en charge des personnes malades ou handicapées, pendant voyage et séjour à Lourdes.

7 personnes malades ou handicapées de Peyrolles, 2 hospitalières de Meyrargues, notre secteur Aix Val de Durance était un des mieux représenté. Sans compter notre prêtre Bruno Vidal, qui est l’un des 3 aumôniers de l’Hospitalité Sainte Marthe. 
L’avantage du « statut de malade », c’est que les déplacements se font en chariot bâché et que nous avons ainsi priorité dans tous nos déplacements dans le sanctuaire et les meilleurs emplacements nous sont réservés.
Si le matin nous étions réveillés tôt, avec  le chant de l’Avé Maria des hospitaliers, c’est par ce que sauf exception, nous étions dans nos chambres à 8 h. 30 le soir.

 

 

Nos moments forts ont été vécu :

  • Dès le premier jour dans l’immense basilique souterraine Saint Pie X, à l’architecture extraordinaire. Tant de monde, malade et valide uni dans la foi et le recueillement, le silence, quelle émotion !
  • La piscine. Là,  tout est prévu, organisé, dans la discrétion, pour nous ramener à un geste, un abandon de foi, de prière.
  • La procession aux flambeaux comptait tellement de pèlerins, que nous sommes partis de la prairie pour permettre au défilé de s’étirer. Les chants et prières en plusieurs langues ont donné de l’intensité à l’ambiance.

 

 

Cliquez ici pour le diaporama en plein écran

 

Quatre personnes ont exprimé ce qui qu’elles ont ressenti de fort pendant ce pèlerinage :

  • C’est réconfortant de voir tant de personnes jeunes ou moins jeunes avoir tant de souci, d’amour, de générosité, de petits soins pour les malades…..A Lourdes on se sent sous la protection de notre « Maman du ciel ».
  • Le voyage à Lourdes m’a permis de faire le point sur mon état de santé. De pouvoir être plus près des autres, plus compréhensif, car j’ai vu des personnes plus touchées que moi….
  • Voir les malades, me donne la force de continuer. J’ai été ému de rencontrer des personnes lourdement handicapées qui gardent le sourire, une joie de vivre, qui leur permet de réconforter les autres. A Lourdes, je me remplis, je fais le plein de courage… il y a plus malheureux … Quand je suis angoissé je sais que Dieu me répond.
  • L’accueil, la prise en charge dont j’ai fait l’objet dès le début du voyage et ensuite pendant le séjour, m’ont surprise et beaucoup touchée. J’ai ressenti beaucoup d’amour autour de moi. Les célébrations m’ont beaucoup émue. 


Si le programme a été un peu perturbé par le mauvais temps (Il parait que c’est le moment où Dieu rempli les piscines !) tout le programme a pu être réalisé.
L’organisation matérielle de l’Hospitalité Sainte Marthe, que je découvrais, m’a surprise par son efficacité, pendant le voyage et à Lourdes, tout était prévu, tout a fonctionné sans heurt, chacun savait précisément ce qu’il devait faire et dans quel domaine il devait le faire. 
Un pèlerinage dont la priorité a été la prière, l’attention, l’amitié, l’affection, l’amour, les uns pour les autres. Il n’est que de voir le bonheur des « habitués » de se retrouver malades et hospitaliers pour être convaincu à quel point Dieu agit dans nos cœurs, tant est que nous nous laissions porter par sa parole.

 

 

 


 

 

Pèlerinage diocésain à Lourdes 2011 avec l’Hospitalité Sainte-Marthe


theme-Lourdes-2011.jpgLe mauvais temps, qui épargna à Lourdes les averses qu’on y attendait, n’aura en rien entamé la ferveur intense et l’enthousiasme solide des pèlerins de notre diocèse ! Bien plus, la grisaille du ciel a encore plus fait éclater la confiance rayonnante, la foi ardente, la joie lumineuse d’être tous réunis autour de notre archevêque, vivante Eglise d’Aix et Arles, venue se confier à la tendresse et à l’intercession bienveillante de la Mère du Sauveur, la Vierge Marie. Quel bonheur également pour nous que monseigneur Dufour ait présidé la procession du Saint-Sacrement et ait donné la bénédiction aux malades et à tous les pèlerins, comme à la procession aux flambeaux ! Aix était bien représentée dans la multitude des hospitalités et pèlerinages venus du monde entier.
Pour ma part, c’était mon troisième pèlerinage au sein de l’Hospitalité diocésaine ; c’était donc l’année de l’engagement, comme hospitalier, auprès des malades, sous la protection de Notre-Dame de Lourdes et de sainte Marthe, hôtesse du Seigneur, elle qui a évangélisé notre Provence.
Moment fort que cette messe où les hospitaliers, au bout de trois ou quinze ans, s’engagent solennellement devant l’archevêque, à servir les malades, service évangélique ! Dans le malade, c’est le Christ lui-même, comme Il l’a dit (Mt 25, 37-40), que l’on sert. Par amour du Christ, les hospitaliers se dévouent auprès de leurs frères affaiblis, marqués par les épreuves, les souffrances. On ne compte pas les heures, on ne s’épargne pas de fatigues, on ne songe pas un instant aux nuits brèves. Le Seigneur, mystérieusement, fait entrer ses « serviteurs bons et fidèles » dans la « joie de leur Maître » (Mt 25, 21).
Il y a bien sûr le soutien inébranlable des hospitaliers. La bonne entente, la chaleur et la fraternité qui règnent au sein de l’Hospitalité fait véritablement vivre ce pèlerinage comme dans une famille venue de tout le diocèse.
La ferveur et la beauté des célébrations, celle vécues en diocèse, ou au sein de l’Hospitalité (comme le chemin de croix des malades), réchauffent le cœur et affermissent l’âme, en nous rappelant l’amour du Christ pour chacun de nous, Lui qui a tout assumé de notre humanité, jusqu’à la souffrance et la mort.
Les célébrations des Sanctuaires auxquelles les pèlerins d’Aix ont participé ont aussi été particulièrement saisissantes, comme la messe internationale du mercredi, émouvantes même. La noble simplicité, la grandeur pleine de respect et l’intense dévotion des pèlerins lors de la procession du Saint-Sacrement, font voir, à nos yeux de chair, le Christ qui marche au milieu de son peuple, Agneau livré qui rejoint chacun de nous ; dans la bénédiction silencieuse, chaque fidèle reçoit la visite de son Seigneur au plus intime de son cœur.
La joie confiante dans l’intercession de la Vierge Marie, les chants de la foule, les milliers de lumières tenues autour de la statue de Notre-Dame, tout cela fait expérimenter visiblement ce qu’est l’Eglise : enfants d’un même Père, rachetés par Son Fils que Marie a donné au monde. Et au milieu de ces foules immenses, qui louent Dieu d’un seul cœur, et même dans une même langue, on peut chanter à pleins poumons : credo in unam, sanctam, catholicam et apostolicam Ecclesiam !
De retour dans notre diocèse, il s’agit désormais de vivre de tous ces dons, de toutes ces grâces, d’en vivre quotidiennement, là où l’on est : travail, paroisse, famille (séminaire…). Il s’agit de rayonner de cette lumière de Dieu, qui, à Lourdes, grâce à la Vierge, nous illumine à nouveau et nous a comme rapproché du Cœur de Dieu, dans notre monde gris et froid. Que sainte Marthe, hôtesse zélée de Jésus-Christ, nous soutienne à son service, constamment, et nous obtienne la persévérance et la fidélité à notre Père des cieux et à ses volontés !

 

Franck DE MARC,
séminariste peyrollais et hospitalier

 


Cette année encore, nous avons eu la chance d'accompagner des malades et des handicapés en pèlerinage diocésain à Lourdes :

  • Joie de retrouver les pèlerins, les hospitalières et les brancardiers avec une amitié qui grandit au fil des ans
  •  Attention, bienveillance et générosité de tous dans une relation aux autres
  • Force, espérance, sourire des malades qui nous enrichissent, nous remplissent, nous donnent du tonus et nous portent tout au long de la journée
  • Célébrations diocésaine et internationale, processions eucharistique et mariale, temps de prière à l'Accueil Notre Dame et recueillement au cours d'une soirée pour les membres de l'Hospitalité Sainte Marthe permettant, avec la Vierge Marie et Bernadette, de prier le notre Père
  • Rencontre avec les pèlerins valides, partage avec notre évêque, Christophe Dufour
  • Fatigue heureuse du corps ... et des jambes ! pour le service de nos frères
  • Chagrin, larmes, coeurs gros, voire détresse pour certains, à l'heure du départ ... jusqu'à l'année prochaine.

Rejoignez-nous en tant que pèlerin, en tant qu'hospitalière ou brancardier.

 

Le pèlerinage, tel qu'il se vit à Lourdes, est un temps privilégié de prière et de partage, où chacun se tourne vers Dieu tout en vivant sa relation à ses frères.


Marie-Claude et Françoise.

 


 

 

Tag(s) : #Témoignages