Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

EV 680

QU’AS-TU FAIT DE TON FRÈRE ?

Tout lecteur de la Parole de Dieu est marqué par l’invitation sans cesse constante du Seigneur à aimer son prochain et à être véritablement pour lui un frère, une sœur. Et les lois édictées par Moïse sur l’ordre du Seigneur avaient pour but de conduire progressivement l’homme à se libérer des pensées méchantes de son cœur. Cela a évidemment pris de nombreuses années. Mais le Seigneur, comme d’habitude, était patient ; et Jésus, à son avènement mènera à son aboutissement cette pédagogie. Aussi peut-on comprendre ses propos quand il dit « Je ne suis pas venu abolir, mais accomplir ». La loi du Seigneur demeure de toute éternité et a toujours consisté à aimer Dieu de tout son cœur et son prochain comme soi-même.

Aujourd’hui encore, dans un monde meurtri par des violences de toutes sortes ; dans un monde marqué par un individualisme profond ; dans un monde blessé par des haines, la question du Seigneur à Caïn se pose à chacun de nous : Qu’as-tu fait de ton frère ? Qu’as-tu fait de ta sœur ? Nous avons peut-être des raisons d’en vouloir à la terre entière. Mais n’oublions pas que Jésus Lui, avait toutes les raisons de nous en vouloir après qu’il fut traité injustement, mais il a choisi de vivre autrement, nous invitant à faire de même. Ce n’est donc pas en nourrissant envers l’autre une haine meurtrière que nous changerons ce monde qui a plutôt besoin de plus d’amour. C’est en lui donnant plutôt beaucoup d’amour ; d’amour sincère, profond et gratuit. Et pour pouvoir donner de l’amour, il nous incombe nécessairement de faire le vide et la paix en nous.

Alors, prenons la résolution de changer ce monde en commençant déjà à nous convertir nous-mêmes de l’intérieur. Ce sera déjà un grand pas. Demandons l’aide de l’Esprit Saint afin qu’Il nous libère des sentiments de vengeance qui nous emprisonnent. Qu’Il nous donne de nous efforcer de voir dans l’autre notre frère, notre sœur qui, comme nous, appelle Dieu « Abba, Père » ; pas forcément avec les mêmes mots que les nôtres, car tous nous sommes enfants du Père et frères de Jésus. Ainsi, lorsque l’heure pour nous sonnera, à la question « qu’as-tu fait de ton frère », nous répondrons que nous l’avons aimé comme nous-mêmes.

Gildas DOSSOU - Diacre

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :