Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La semaine missionnaire mondiale est fixée du 15 au 22 octobre 2017. De quoi s’agit-il ? Pour le comprendre, il faut faire un saut et remonter le temps jusqu’en 1816 :

 

Pauline-Marie Jaricot, une jeune lyonnaise de 17 ans en est l’instigatrice. Issue d’une famille de soyeux lyonnais, elle tourne le dos à sa vie aisée et s’associe avec de jeunes ouvrières des usines de son père pour collaborer à la propagation de l’Évangile par la prière et l’animation missionnaire. Après trois années, prenant conscience des nécessités matérielles en « pays de mission », Pauline invente un système ingénieux de collecte. Elle convainc dix personnes de remettre un sou par semaine pour les missions, tout en recrutant dix autres donateurs qui, à leur tour, en trouvent dix chacun et ainsi de suite. L’entreprise fait boule de neige et amasse des sommes considérables pour l’époque.

 

Une chaîne financière et spirituelle :

            Trois ans plus tard, la chaîne financière et spirituelle compte 500 membres. Le 3 mai 1822, elle devient officiellement « l’Association de la Propagation de la Foi ». Sa croissance rapide à travers toute l’Europe attire l’attention du Saint-Siège, qui demande à l’accueillir dans ses offices.        C’est ainsi que, un siècle après la fondation de « l’Association de la Propagation de la Foi », le 3 mai 1922, l’œuvre de la Propagation de la Foi voit le jour. Elle continuera de s’étendre à travers le monde, regroupant trois autres œuvres, pour former les Œuvres Pontificales Missionnaires et se retrouver aujourd’hui dans plus de 120 pays.

 

Une Journée missionnaire mondiale en 1926

            Pour amplifier le travail des Œuvres Pontificales Missionnaires, le pape Pie XI accepta de créer une Journée missionnaire mondiale en 1926 pour qu’elle soit « la fête de la catholicité et de la solidarité universelle ». Cet objectif rejoint l’intuition de départ de Pauline Jaricot : « De la part de tous, selon les possibilités, à tous, selon les nécessités ! ». La journée est fixée à l’avant dernier Dimanche du mois d’octobre. Elle est désormais « célébrée le même jour dans tous les diocèses, dans toutes les paroisses et dans tous les Instituts du monde catholique… et pour demander l’obole pour les Missions » (S. Congrégation des Rites : 14 avril 1926).

            En France, depuis plus d’une trentaine d’années, l’animation est étendue à une semaine.

Un bel exemple d’engagement missionnaire à méditer : Dieu a besoin de nous, là où nous sommes, pour que son règne advienne. Annoncer le Christ ressuscité c’est l’affaire de chacun de nous et cela passe d’abord par la prière qui nous façonne. Ainsi, notre attitude au quotidien, au travail, en famille, dans nos loisirs, pourra laisser transparaitre la justice et la paix de notre Seigneur, et nous aurons l’audace d’annoncer le Christ mort et ressuscité pour que nous ayons la vie éternelle. C’est ce que nous demande notre pape François : soyons des disciples missionnaires. Et c’est ce pourquoi nous prierons cette semaine et particulièrement le dimanche 22 octobre, en la fête de Saint Jean-Paul II.

Philippe VINCENT - Diacre Permanent