Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

Une journée bourrée de vitamines !

Notre Église, avant d’être une structure ou une organisation (il en faut bien un peu !), est d’abord un organisme vivant, le Corps du Christ ressuscité, qui continue de grandir sous la bienveillance de Dieu le Père, dans la force et la Vie de l’Esprit Saint ! Depuis quelques temps déjà, en lien avec notre évêque Christophe Dufour, nous cherchons à être attentif sur nos paroisses à cette croissance. Que faut-il pour continuer de grandir et donner du fruit ?

Si les éléments sont assez bien connus et déjà en œuvre depuis les débuts du christianisme (Cf. Actes des Apôtres, chapitre 2), chaque génération se doit de voir comment les mettre en œuvre et de veiller à leur juste équilibre. De façon pédagogique, je vous les présente comme cinq vitamines essentielles pour cet organisme que nous formons !

A

u commencement de toute vie chrétienne il y a la relation vivante à Dieu. On l’appellera donc la vitamine A, comme Amour de Dieu, ou Adoration. Cela se vit concrètement par la prière, qui est un dialogue avec Dieu, qu’elle soit personnelle, en petits groupes ou au sein de nos communautés pour la messe du dimanche. Il nous faut pour cela des célébrations toujours plus attirantes, inspirantes et adaptées à tous.

La vitamine A, dit-on, favorise une bonne vue ! De fait, c’est la foi qui nous donne de voir, de reconnaître dans nos vies de tous les jours la présence de ce Dieu plein d’amour et de tendresse.

B

ien que ce soit premier, il faut aussi qu’apparaisse, peu à peu, cette autre dimension qu’est la fraternité : si je me reconnais enfant, c’est avec d’autres pour former la grande famille de Dieu. On l’appellera B, comme la Belle communauté que nous devons former, et les Bonnes relations que nous voulons avoir les uns envers les autres. Cette fraternité est sans cesse appelée à s’ouvrir largement :qui est mon prochain ? Celui, celle dont tu te fais proche…

Les ouvrages de santé nous précisent que les vitamines B sont nombreuses et variées (huit en tout), mais qu’elles agissent en bonne harmonie !

C

e n’est pas suffisant. Il nous faut aussi nous former comme Chrétiens, pour être Comme le Christ : d’où la référence à la vitamine C ! Aimer quelqu’un, c’est vouloir le connaître toujours mieux, pour l’aimer toujours plus. Qu’il s’agisse de formations sur le contenu de la foi chrétienne, ou sur des attitudes, ou encore sur le discernement de nos charismes et de nos qualités : il nous faut grandir là aussi.

Tous les étudiants vous le diront : la vitamine C, il n’y a rien de tel pour les études !

D

e là, naît, le Désir de se Dévouer aux autres : c’est la vitamine D qui correspond à l’attitude fondamentale de service auprès des autres. Ce peut être le service des plus petits, des plus pauvres comme l’Église l’a toujours fait, mais aussi le service de la communauté, la prise de responsabilité dans ce grand Corps.

Et de fait, la vitamine D, comme chacun sait, participe grandement à la solidité des os et à la robustesse de l’organisme !

E

nfin, une des attitudes essentielles du chrétien est l’Évangélisation (d’où le E), l’annonce de Jésus-Christ que j’ai découvert et dont je témoigne par mes paroles mais aussi par mes actes. Comment ne pas parler de Celui que l’on aime, ne pas vouloir faire découvrir Celui qui comble nos vies ? Non pas pour imposer quoi que ce soit, mais pour proposer, donner, appeler.

La vitamine E est liée aux questions cardio-vasculaires : normal, l’évangélisation est d’abord affaire de cœur et d’amour !

Voilà donc ces cinq essentiels, que nous voulons essayer de vivre dans chacune de nos rencontres, comme en ce 11 juin, en essayant de toujours mieux les équilibrer, pour qu’ils se complètent et nous donne la bonne santé de la foi ! Mais au fait, moi, quelle est la vitamine qui me manque le plus, et celle que je consomme sans modération ?!

Père Michel Isoard, curé