Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Quelle est notre prière ?

La question peut nous surprendre. D’ordinaire on se demande, ou on nous demande plutôt « est-ce que tu pries ? » ou « est-ce que je prie suffisamment, régulièrement ? » Mais l’autre question n’est pas moins importante : « comment est-ce que je prie ? » Spontanément, nous avons tendance à demander, et c’est parfois nécessaire. Il nous arrive aussi d’invoquer le pardon du Seigneur, comme le récent carême nous l’a rappelé, et la prière devient alors libératrice. Durant les vendredis de carême, nous avons un peu plus fait l’expérience, nouvelle pour certains, de la prière de louange : spontanée, libre, elle chante la beauté, la gloire et la bonté de notre Dieu. Ce 8 mai, au cours de leur retraite de première communion, les enfants ont fait aussi l’expérience d’un temps d’adoration eucharistique : face à face silencieux (pas toujours facile…) avec le Christ présent dans le Pain de Vie. Toute la messe est également prière d’action de grâce : c’est d’ailleurs le sens du mot eucharistie.

C’est cette dernière forme de prière qui convient, me semble-t-il, au moment où les sœurs des campagnes sont envoyées pour d’autres missions. Action de grâce pour tout ce qu’elles nous ont donné, ce qu’elles ont accepté de partager avec nos familles depuis plus de 50 ans, simplement, quotidiennement, mais aussi pour le don qu’elles ont fait de leur vie au nom de l’Évangile, pour ce témoignage vivant que Jésus peut remplir une vie, puisqu’il la tourne vers les autres. C’est le sens de notre rencontre du 21 mai au plateau de la plaine à Meyrargues.

Mais déjà nous devons ouvrir nos cœurs pour l’accueil d’une nouvelle communauté, certainement les sœurs de Saint Augustin du Bénin (elles prendront la décision définitive début juin). Et notre prière se fait alors plutôt invocation et demande. Et Jésus lui-même dans l’Évangile nous y encourage : « demandez, et vous recevrez » (Lc 11, 10). Saint Augustin lui-même, nous explique pourquoi demander : « Pourquoi Dieu agit-il ainsi, puisqu’il connaît ce qui nous est nécessaire, avant même que nous le lui demandions ? Nous pourrions- nous en inquiéter, si nous ne comprenions pas que le Seigneur notre Dieu n’a certes pas besoin que nous lui fassions connaître notre volonté car il ne peut l’ignorer, mais qu’il veut par la prière exciter et enflammer nos désirs, pour nous rendre capables de recevoir ce qu’il nous prépare ». (St Augustin, Lettre à Proba). La prière ainsi dilate notre cœur et prépare la place à celles que nous accueillerons. En ce sens-là nos demandes n’ont pas pour but de transformer le Seigneur, de le rendre plus accueillant ou de le convaincre de faire ce que nous lui demandons : il sait ce qu’Il doit nous donner ! C’est nous que la prière transforme pour nous rappeler que nous recevons tout de Dieu, finalement. Ce sont nos yeux qu’elle ouvre pour nous faire reconnaître dans les évènements Sa volonté, plutôt que de vouloir Lui faire faire notre volonté !

Que ta volonté soit faite ! C’est bien finalement cette phrase du Notre Père qui est la prière que nous disons avec nos chères sœurs des campagnes, comme elles l’ont redis durant toute leur vie consacrée ; c’est cette même prière que nous faisons monter vers Dieu avec les sœurs de Saint Augustin du Bénin, et tout particulièrement leur Supérieure, la Sœur Emma, et tout son conseil, pour que leur décision servent le Royaume de Dieu et l’annonce de l’Évangile.

Et déjà, dans la foi, nous pouvons dire : Amen ! C’est aussi le résumé de toute prière.

P. Michel Isoard

Ø Pensez bien à réserver le dimanche 11 juin, de 10h30 à 17h30 : nous nous retrouverons au plateau de la plaine de Meyrargues pour une grande journée familiale qui réunira les paroisses de notre unité pastorale avec tous les enfants et les jeunes de la catéchèse et leurs parents pour un grand jeu intergénérationnel de fin d’année.

Au programme : messe en plein air, apéritif offert, pique-nique et grand jeu pour tous !