Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Nous savons en qui nous avons mis notre espérance

Tout au long de ce Carême nous nous sommes laissé interroger sur le sens de notre foi en Jésus Fils de Dieu venu en ce monde pour nous offrir le pardon et l’amour du Père.

Au fil des rencontres de Jésus sur cette route qui monte à Jérusalem nous avons cherché à grandir dans cette profession de foi.

Premier dimanche de Carême : « Si tu es Fils de Dieu… » demandait Satan.

Deuxième dimanche de Carême : « Celui-ci est mon Fils bien-aimé » répondait Dieu le Père.

Troisième dimanche de Carême : « Nous savons que c’est vraiment lui le Sauveur du monde » disaient les samaritains.

Quatrième dimanche de Carême : « je crois Seigneur » confessait l’aveugle guéri.

Cinquième dimanche de Carême : « Si tu crois tu verras la gloire de Dieu » affirmait Jésus.

Et maintenant que le temps de la Pâque est tout proche nous nous préparons à vivre l’accomplissement des Écritures au matin de la résurrection, nous voulons suivre le Roi qui entre à Jérusalem pour tout remettre entre les mains du Père.

Suivre Jésus est bien le chemin du croyant, le suivre quotidiennement dans la joie et la conversion, dans le témoignage de ce que nous croyons auprès de ceux que nous rencontrons. Le croyant met ses pas dans ceux du Christ pour que l’amour du Père soit révélé et offert à tous, pour que cette lumière brille sur nos vies et les transforme.

Demandons au Seigneur de nous garder dans la foi, de la rendre de plus en plus rayonnante, de nous établir dans une paix que rien ne pourra nous enlever, de nous donner de vivre véritablement comme son corps, comme son Église.

Demandons-lui de faire de nous de véritables disciples qui ont trouvé le trésor de sa présence et qui ne veulent plus s’en séparer.

Demandons-lui le courage au milieu des tribulations, lui qui a promis que l’Esprit-Saint viendrait à notre secours au milieu des épreuves, demandons-lui la confiance devant un monde qui semble tellement se passer de lui.

Mais surtout demandons-lui de ne jamais devenir des témoins muets, « Quant à nous nous ne pouvons pas nous taire » disaient Pierre et Jean devant le Sanhédrin.

Demandons-lui la force de confesser notre foi en tout temps et en tous lieux parce que nous savons et nous attestons qu’il est le Sauveur du monde.

Père Bruno Vidal