Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Dans l'article sur la journée de l'UPAVD du 23 novembre consacrée à la famille (lien), nous indiquions « Bientôt d’autres textes disponibles sur ce site issus des groupes de partage et de l’exposé de Mme Taupin ». Voici la suite ...

Écho des groupes de partage : questions, convictions et attentes partagées

Comme les grandes fêtes de famille et les rencontres plus personnelles autour par exemple du succès à un examen, les difficultés (problèmes de santé, décès des parents, divorce d’un enfant) rapprochent. C’est peut-être paradoxal à première vue, mais dans ces moments l’amour entre les membres de la famille est ravivé pour faire face et l’on se sent plus proches les uns des autres. S’il y avait des relations un peu difficiles celles-ci sont oubliées au moins momentanément.

Le problème de la transmission de nos valeurs a été soulevé. Bien sûr il y a les valeurs chrétiennes, mais aussi les valeurs de la société telle que nous l’avons connue il n’y a pas si longtemps. Nous sommes déconcertés par les changements fulgurants amenés par les techniques modernes qui apportent très tôt, au sein même de l’intimité familiale, les données et les avis du monde entier, d’ailleurs sans le moindre recul pour la réflexion. Pauvres parents !!!!...
Par ailleurs le nombre de plus en plus grand de familles recomposées fait que, même pour les enfants qui ne vivent pas dans une telle famille, cela tend à devenir la normale. Pauvres enfants !!!...

Le problème des divorcés remariés qui n’ont pas toujours accès aux sacrements : comment répondre aux personnes de notre communauté qui sont dans ce cas, comment comprendre les différences de réponse à l’accès aux sacrements, n’y a-t-il pas quelquefois deux poids et deux mesures ?
La non possibilité d’accéder au pardon dans le sacrement de pénitence, choque au moins autant que la non possibilité d’accéder à l’Eucharistie. On se demande en effet si la miséricorde divine serait réservée à tous les autres péchés sauf à celui-ci…

Nous souhaiterions qu’il y ait des temps d’échange de ce type plus souvent car ils nous permettent de mieux nous connaître.

Développer des liens entre des retraités et des actifs pour un partage d’expérience et une information mutuelle.

Que nos paroisses s’ouvrent à tous : comment trouver de nouveaux terrains d’évangélisation ?

Proposition à faire à des couples en difficultés à partir des mouvements familiaux qui existent, de l’accompagnement de couples de nos paroisses, de propositions faites par des groupes.

Importance de la place de la prière et de l’adoration dans nos communautés chrétiennes pour prier aux intentions de la famille (cf. messe des mamans à Peyrolles le vendredi matin, prière des mères…)


Quelques éléments de l’intervention de Michèle Taupin à partir de notes
Veuve depuis 14 ans et habitant Salon, elle a participé au Synode extraordinaire de 2014 sur la famille à Rome : « Défis pastoraux de la famille en vue de l’Évangélisation » en tant que présidente de « Espérance et Vie » (elle a arrêté depuis), mouvement chrétien de veuves et veufs. Ce premier synode extraordinaire sera suivi en 2015 d’un synode ordinaire : le temps d’ici là pour nous permettre de travailler, de partager.
Il me semble que le Synode était à l’image du Pape : quelque chose d’extraordinaire, mais vécu dans la simplicité : la parole de chacun étant très libre. Chacun, pour s’exprimer, avait 4 minutes avec un texte préparé et sans réponses de la part des autres. Il y avait après une heure de libre expression avec un temps de parole de 3 minutes maximum où il y avait plus de spontanéité.
Il y aura un document à travailler en paroisse en vue du prochain synode sur « la Vocation de la Mission et la Famille »


Quelques remarques, pour finir, de l’intervenante glanées çà et là :

  • « Le Synode est une expérience concrète de l’universalité de l’Eglise, mais aussi de sa diversité. Loin des rumeurs qui couraient à l’extérieur, dont je ne savais rien alors, j’ai senti beaucoup de fraternité entre les évêques. »
  • langage simple qui a permis d’éviter les mauvaises interprétations
  • attitude de bienveillance pour accompagner ceux et celles qui sont soumis à des épreuves
  • dimension universelle : situations variables suivant quelle partie du monde on habite : « les africains, confrontés aux guerres, aux épidémies et à la corruption, ont trouvé les questions du synode trop occidentales ».
  • les sacrements deviennent automatiques……
  • « ce qui était extraordinaire, c’était d’être là, de pouvoir dire des choses au Pape en toute simplicité.

Et quelques citations du document final du synode :
Nous avons fait l’expérience de la pluralité et de la diversité des situations ecclésiales. Toutes les Eglises locales ne sont pas également ni de la même manière concernées ni touchées par les problèmes soulevés. Conscients de cette réalité, nous souhaitons qu’une certaine autonomie soit laissée aux Eglises locales dans la recherche de réponses aux préoccupations pastorales qui sont les leurs.

En épousant le regard du Christ sur les hommes, les défis à affronter peuvent se vivre, selon la tradition de l’Eglise, avec une attitude d’accueil, de compréhension et de compassion… Au-delà de la pauvreté, la misère déshumanisante est une des causes majeures de la précarisation et de la destruction des familles.

C’est sur l’attachement au Christ et l’appartenance au Christ depuis le baptême que se fonde le sacrement de mariage. Constater les échecs de l’amour et les unions imparfaites qui se multiplient appelle une attention pastorale qui sache respecter ces personnes, encourager les efforts de repentance et offrir l’appui fraternel de la communauté chrétienne…